1 octobre 2017

// Un peu plus sur l’auteur

Mickaël HamardFièrement autodidacte et curieux.

Accroc à l’informatique et aux nouveautés technologiques, j’ai intégré le cursus Licence Pro Référenceur Rédacteur Web de l’IUT de Mulhouse.
J’apprécie l’échange, les longs entretiens et la découverte que ce soit en Français ou en Anglais.
G33k et bidouilleur dans l’âme car tombé dedans très tôt, j’apprécie les réseaux humains qui échangent de vive voix autant que par mail.

« Tout le monde disait ça ne pouvait pas marcher, jusqu’à ce qu’un ignorant arrive… et le fasse »

C’est un peu prétentieux présenté de la sorte, sorti de son contexte, et impossible de me souvenir de l’auteur de cette phrase.

Mais dans l’absolu, cela symbolise bien l’apport d’une différence ou d’un nouveau regard, ou en tout cas ce qu’est susceptible d’apporter un profil et un parcours « différent »
Avec en poche un BEP Outilleur, et un BEP Constructeur Topographe, je n’était pas forcément parti pour évoluer dans le domaine de l’informatique.
Et pourtant, par passion, et sans doute en sachant saisir ma chance, j’ai eu l’opportunité de faire mes armes, puis d’évoluer vers des postes plus riches, permettant d’étoffer mes compétences.

D’abord en tant que vendeur conseil en matériel informatique, puis technico-commercial, responsable de secteur bureautique, technicien en clientèle professionnelle et… Technicien Hotliner.

Plusieurs expériences associatives m’ont permis de développer mon goût pour l’écriture, l’interview et le relationnel inhérent au milieu du spectacle.

Désirant étoffer mes connaissances concernant le développement Web, de longues séances (et nuits…) de création graphique et codage, ainsi qu’une formation au Serfa de Mulhouse m’ont été particulièrement profitables.

Entres autres centres d’intérêt, la musique, tient une place toute particulière. De David Bowie à Clutch ou encore de Brendan Perry à Robert Johnson, impossible de m’en passer, y compris lorsque je chausse mes baskets.

La course à pieds est un sport que je pratique avec assiduité, plusieurs fois par semaine si possible.

A l’occasion, je dégaîne mon appareil photo histoire de shooter des paysages, des petits détails de tous les jours ou encore pour faire poser le chat, ce qui reste compliqué dans certains cas.

Au plaisir de vous lire.