Interview Chrigel – Eluveitie Festival LezArts Sceniques 2010

Chrigel, Festival Lez’Arts Scéniques 2010

Premièrement… comment doit on prononcer le nom du groupe exactement ?
Chrigel : A la base cela se prononce « El’veiti »

Si tu dois décrire le style musical d’Eluveitie aujourd’hui ?
Chrigel : Pour être honnête, nous ne cherchons pas à « labelliser » notre musique, c’est juste du rock, alors à quoi bon ! De toute façon c’est ton travail plutôt que le mien ! (rires)
Personnellement, je dirais que c’est un mélange 50/50 de Death Metal mélodique et de musique traditionnelle Celtique.

Votre style est fortement imprégné d’un style souvent décrit comme « païen »
(référence au style Pagan Metal, qui qualifie souvent le groupe ), il y a t il une raison
personnelle à cela ? Y a t il quelque de profond chez les membres d’Eluveitie, dans
leurs racines ou leur culture qui influe votre musique dans cette direction ?
Chrigel : Oui et non, je suis bien sur Suisse et nous composons avec une culture ancienne
et Celtique, qui à existé en France également…

Tout spécialement dans cette région…
Chrigel : Exactement ! Bien sur pour moi cela est très naturel, cela viens de notre héritage, dans ce sens bien sur, cela est quelque chose qui est en chacun de nous, et bien entendu cela à une grande importance pour moi, mais, je ne sais si je qualifierais ceci de « païen ».
Originellement, quand ce terme est né, il y a plusieurs siècles, il décrivait essentiellement tout ce qui était « non catholique », donc dans ce sens oui ! Notre musique est
« Païenne » !

Personnellement, je n’accorde pas d’importance au sens du mot « païen » aujourd’hui, tout cet aspect ésotérique / néo païen… Je ne m’y intéresse pas et ne désire pas en faire partie.. nous ne sommes pas ce genre de « païens ».

D’où dirais tu que viens votre inspiration ? Vos lectures ? Des films ? Vos paroles ?
Chrigel : D’un manière, il s’agit de l’histoire elle même bien sur, l’histoire de nos ancêtres,
les gaulois et leur culture. L’histoire elle même en général, tout spécialement sur le plan lyrique ! Également sur le plan musical, mais pour la plus grande partie lyriquement.
Et pour parler de musique… pour ma part la nature serait ma plus grande influence, je sais que ça a l’air très niais de dire ce genre de choses, mais pour moi si tu te balade dans les bois par exemple, tu trouves un silence, les sons de la nature, ce genre de moment est une grande source d’inspiration pour moi et notre musique.

Était-ce un choix à vos début de jouer ce type de musique ? Ou est ce quelque
chose qui est apparu naturellement?
Chrigel : C’est venu naturellement… cela s’est passé durant mon voyage de noces… nous avions passé ce voyage en Irlande, et c’est originellement l’endroit ou le groupe est né, c’était à la base mon projet personnel. Je veux dire, ce n’était pas au départ quelque chose qui a pris forme, j’avais une idée très précise. Ce que nous faisons aujourd’hui est exactement la même chose qu’au premier jour tu sais, quand j’ai formé le groupe, c’était dans l’idée de combiner et fusionner deux styles de musique, le death metal et la musique celtique traditionnelle.

Trouves tu que vous ayez en commun quelques chose avec des groupes tels que In
Extremo et Corvus Corax ?
Chrigel : Je ne sais pas, tu sais nous connaissons tellement de groupes… Oui je me souviens nous avons eu l’occasion durant un festival de rencontrer certains d’entre eux !
Ils sont très sympa, mais tu sais, lorsque deux joueurs de « Bagpipes » se rencontrent, ils discutent d’histoires de « Bagpipes » ! (rires). Mais c’est tout ce que nous avons en commun, je n’apprécie pas plus que ça leur musique, mais ce sont des gars vraiment sympa.

Comment est née l’idée de la reprise de Tri Martolod ?
Chrigel : A vrai dire, a peu près comme n’importe quel titre d’Eluveitie. Lorsque j’écris un morceau, j’inclue des mélodies folks ou celtiques, beaucoup d’entre elles sont irlandaises, quelques une viennent de France ou de Bretagne comme Tri Martolod.
Dans ce titre en particulier, laisse moi y réfléchir… il y a deux mélodies, l’une d’entre elle, le refrain est particulièrement connue, grâce à Manau et Alan Stivell mais comme pour toutes nos compositions, il s’agit d’un mélange de mélodies et danses celtiques.

Quand je t’écoutes, j’ai le sentiment qu’Eluveite évolue réellement comme une entité
vivante, un peu comme au milieux d’un forêt, quelque chose de libre, poussant dans
un sens ou un autre, mais suivant toujours une ligne directrice, ai-je tord d’après
toi ?
Chrigel : Merci beaucoup ! C’est une belle image ! Je pense qu’on peux voir ça comme cela, nos compositions évoluent, la manière dont nous les jouons également, la manière dont le groupe évolue est totalement naturelle… Nous ne nous asseyons pas en réfléchissant à ce que nous devons faire ou ce que nous allons devenir.

Peux tu m’expliquer le sens du titre de votre dernier album « Everything remains as
it never was » ?
Chrigel : Hmm… Lyriquement, l’album consiste en une sorte de collection d’histoires quotidiennes de la Gaule ancienne… des destinées individuelles incluant des personnes et des faits historiques. Quand j’écrivais les paroles, j’ai approché ces histoires avec un grand scepticisme.. ou plutôt, certaines questions à l’esprit… à différent propos, par exemple beaucoup de choses que nous savons à propos de l’histoire Gauloise et de la culture liée, nous le devons aux écrits de personnes comme César ou Cicéron, ce qui veux dire que cela n’est pas la vérité absolue ! Ces gens sont des êtres humains, et en tant que tel, libres de décrire les choses « de leurs points de vue » et n’étant pas nécessairement impartial. Donc, que s’est-il passé réellement ?

D’un autre coté, il me semble important qu’aujourd’hui personne ne peux réellement dire comment les choses se sont passés à ce moment… lorsque tu t’intéresse à l’histoire, tu trouves des éléments qui s’enchaînent et puis la fin… il y a tellement plus derrière tout cela ! Il y à toujours des points de vues et des personnalités derrière les personnes qui écrivent l’histoire, c’est à mon avis la raison pour laquelle, lorsque tu te plonges dans l’histoire tu dois toujours garder à l’esprit que personne ne peux réellement dire comment tout s’est passé, car personne aujourd’hui n’était la, ne s’est battu pour les même raisons qu’a ce moment la.

C’est ce genre de choses qui est exprimé dans le titre de l’album.

Dirais tu que la différence entre Eluveitie et bien d’autres groupes dans le même
style est que, vous ne tentez rien d’expliquer ou d’inculquer, que vous racontez
simplement des histoires sur le passé, sur vos racines ?
Chrigel : Je pense qu’il n’est pas possible de complètement se libérer de cela. Ce que tu dis est vrai, nous n’essayons pas de dicter ou moraliser l’histoire, mais tu n’es jamais tout a fait libre et juste… Si tu lis mes textes, tu auras mon point de vue, mon opinion sur cette histoire. Mais nous n’essayons absolument pas de « prêcher » quoi que ce soit, je n’ai pas de problèmes avec les groupes qui font cela, mais pour être franc je ne pense pas que dans la mouvance Folk / Celtic metal il y ai tellement de groupe qui disent « ho les méchant chrétiens! Nous devons les combattre!».

Tu penses à un groupe en particulier ? (rires)
Chrigel : il y en a tellement ! Je n’ai pas de soucis avec eux ! Mais il y a tellement de groupe et nous sommes amis avec beaucoup d’entre eux, mais ce n’est pas ce que je veux faire, je pense que la musique ne doit pas être un médias pour une idéologie. Si tu veux écouter quelqu’un prêcher pour sa paroisse, tu vas à l’église ! Et pas a un putain de concert de Metal…

Je ne suis pas totalement certain que toutes les personne se rendant dans les
concerts de Metal voient la chose de cette façon…
Chrigel : Je vois ce que tu veux dire… tu as sans doutes raison, mais pour être franc cela est peut être une question d’âge… tu fais ce genre de choses quand tu as 16 ans mais penses tu toujours de cette manière, ou fais tu toujours ce genre de choses quand tu as 25 ans ? J’espère que non (rires)

Votre meilleur souvenir depuis le début d’Eluveitie ? Je sais que cela est une
question récurrente et peut être un peu stupide… (rire)
Chrigel : Sans doute lorsque nous avons tourné avec Finntroll, car nous sommes de très proches amis.
A chaque fois que nous passons du temps ensemble ou faisons des concerts avec eux, c’est un très bon moment.

Il y a déjà un nouvel album ? Caché quelque part dans vos bagages ?
Chrigel : Nous écrivons effectivement de nouveaux titres, et retournons normalement en studio l’année prochaine.

Y a t il quelque chose que tu puisses me dire à ce sujet ? Pas de scoop ou de
choses réellement importantes.. mais peut être y a t il une ligne directrice…
Chrigel : Cela devrait être un album concept, qui devrait raconter une histoire, je veux dire que l’album lui même disposera d’une seule ligne directrice et celui-ci devrait ce composer un peu d’une manière cinématographique, avec des intermèdes… Un peu a la manière d’un livre que tu lirais.. mais en musique…

Penses tu que dans vos compositions, on retrouve plus de nostalgie et de tristesse
que de violence ?
Chrigel : Je ne penses pas en ce qui concerne la nostalgie, je ne suis pas quelqu’un de très nostalgique à vrai dire. Bien sur j’aime la culture Celtique, mais je voudrais pas vivre a cette époque, je suis ici et maintenant alors pourquoi devrais-je souhaiter vivre dans le passé ? Mais il y a pas mal de mélancolie et de choses de ce genre, bien sur il y a pas mal de mysticisme…

De la poésie ?
Chrigel : (sourire) Tu peux appeler cela comme ça si tu veux…

Ça en est ?
Chrigel : Je ne sait pas si j’appellerais cela comme ça, je pense que c’est quelque chose que tu peux retrouver partout lorsque tu t’intéresse à la culture Gauloise, lorsque tu te plonges dans cette histoire tu te retrouves face des émotions intenses.. la mort, la haine, la guerre et toutes ces choses… le mal également…beaucoup de choses mystiques et magiques… de grandes histoires de héros et que sais-je encore… Et c’est je pense ce que tu peux retrouver dans nos morceaux, car nous composons avec ces histoires !

Un dernier mot pour nos lecteurs français et les personnes qui vous écoutent ?
Tout spécialement sur notre site (rires)
Chrigel : Et bien tout d’abord merci, et merci à tous les lecteurs pour l’intérêt qu’ils portent a notre groupe et je l’espère rendez vous lors de l’un de nos concerts!